Daumas Gassac Rouge 2003 by Mas de Daumas Gassac (France, Languedoc)


Certains vins font partie d’une catégorie bien particulière, celle des vins qui font polémique. Nombre de ses représentants se trouvent dans les vignobles prestigieux mais celui qui nous occupe aujourd’hui se trouve dans un vignoble plus modeste, en Languedoc.

Le Mas Daumas Gassac est sans doute un des vins les plus connus de la région, principalement du fait de la personnalité hors norme de son fondateur. Aimé Guibert, c’est son nom, a été en particulier porté à l’écran dans toute la démesure de sa verve par le récent film Mondovino. Personnage haut en couleur, son discours est l’archétype de « l’ubris » (hybris en transcription correcte) que redoutaient tant les grecs. C’est un homme de charme et de charisme, comme le vignoble en compte tant, dont on aimera ou détestera ce discours autant imagé et rhétorique que peu argumenté.

Son idée d’origine a été de penser pouvoir faire un grand vin en Languedoc, à l’image des Grands Crus de Bordeaux. L’histoire lui donna raison, du moins au départ. Il planta principalement du Cabernet Sauvignon, interdit à l’époque en AOC, qu’il compléta d’une collection de cépages aussi pittoresque qu’insignifiante (ajouter 20 cépages à hauteur de 1% chacun n’a aucun sens). Il fut sans doute l’un des premiers à ouvrir la voie des Vin de Pays « Haute Couture » en Languedoc, un segment qui depuis connaît un développement très important. Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, nombre domaines de référence produisent tout ou partie (principalement les blancs) hors du système d’AOC.

La remise en question du statut iconique de ce vin naît  dans le courant des années 1990 et surtout avec les années 2000. Daumas Gassac, alors toujours porté aux nues par la critique, ne semble plus aussi magique en dégustation. D’aucuns avancèrent l’habituel argument du vieillissement : il n’est pas possible de juger Daumas, grand vin de garde, dans sa jeunesse. Nous avons le recul maintenant sur les années 1990. Les vins ne se sont pour la plupart pas révélés. C’est avec émotion que je me rappelle les 1985, 1988, 1992 (blanc)… et quand je goûte en rouge les déjà agonisants 2002, les 2004 plats, les 2007 déviés, le doute n’est pas permis. En blanc la problématique est autre, on se trouve surtout face à des vins désarmants de simplicité. Aux dernières dégustations, 2008 est correct, variétal et de fait, d’un rapport qualité prix désastreux. 2007 insignifiant quand 2006 présente déjà un profil de vin oxydé (noix, orange amère, cire).

A l’époque des débuts et des années 1980, Mas Daumas Gassac Rouge, c’était 10 000 à 20 000 bouteilles, la première mise du blanc, 2 000 bouteilles en 1986. Maintenant, le Rouge est annoncé à 140 000 bouteilles par millésime et le Blanc à 50 000. Impossible de s’empêcher de penser que l’on tient là une des raisons de la baisse qualitative. Une autre étant sans doute la retraite progressive de Aimé Guibert et finalement le début des activités connexes de négoce.

Contemplant cette débâcle, c’est toujours avec une attention redoublée et avec l’esprit le plus ouvert possible que j’essaye d’aborder les flacons de ce domaine. Cette semaine, j’ai décidé de regoûter un Mas de Daumas Gassac Rouge 2003, en compagnie de palais neutres et profanes, pour voir où en était ce millésime sur lequel je n’avais pas de référence. A priori, 2003 est un millésime de bonne qualité en Languedoc, beaucoup moins marqué par la canicule que dans les autres régions de France (habitués qu’ils sont à la chaleur et la sécheresse). Les 2003 languedociens goûtent d’ailleurs globalement très bien en ce moment. Ils sont souvent bien ouverts, encore sur le fruit mais avec un début d’évolution… pratiquement parfaits pour une dégustation hédoniste.

Daumas Gassac Rouge 2003 n’est absolument pas marqué par la chaleur du millésime. Dès l’ouverture, il présente un profil aromatique équilibré. Les fruits noirs mûrs (comme le cassis) sont enveloppés d’une belle trame torréfiée (plutôt chocolat avec une touche de café), signe d’un élevage bien dosé et bien intégré. Il fait par ailleurs preuve de profondeur et de structure. C’est un nez qui vous tient, solide et relativement complexe. En bouche, l’équilibre est indéniable, avec de nouveau un beau fruit, fondu, et un tout début d’évolution avec l’apparition d’arômes plus sous bois, humus. Il manque un tout petit peu de matière. La longueur est bonne, intense et moyennement persistante. Le Cabernet Sauvignon est pour moi flagrant (un peu trop) dans ce verre et je trouve que ce vin serait à comparer à des Bordeaux, en aveugle. Dégusté dès l’ouverture, c’est là qu’il s’est le mieux présenté, l’oxygénation ne lui a rien apporté de bon. Vin de gastronomie, il ne convient pas à une dégustation plaisir de fin d’après-midi et bénéficiera sans doute de deux ou trois ans de cave supplémentaire pour affiner ses parfums.

Un beau vin, donc, ce qui est un grand plaisir et une bonne surprise. Grand, sans doute pas, car il lui manque quand même un peu d’étoffe et de complexité. Il y a dans cette bouteille une indéniable architecture mais elle reste fonctionnelle et simple. Ce serait un vin intéressant à 15-20€, hélas, il en coûtait déjà 35 départ cave.

Ma note : 81/100 ; 5 +

Un beau vin, plombé par son prix trop élevé. A conserver encore 2-3 ans et à ne carafer sous aucun prétexte. Il accompagnera de plats moyennement puissants, comme le porc ou, pourquoi pas, certaines volailles. Sans doute à l’aise sur le boeuf, il faudra prêter attention à ne pas l’écraser sous des sauces ou des viandes trop parfumées.

Publicités

6 commentaires

    1. J’ai goûté 2007 en de nombreuses circonstances, le vin s’est toujours mal présenté. Dans le détail. La première fois était la meilleure mais c’était (si je ne me trompe pas) un échantillon sur fût. Le vin était dur mais présentait une bonne matière, trop simple par contre au plan aromatique et très agressif. Sur une vingtaine de dégustateurs, je suis le seul à avoir un peu défendu ses couleurs… grande déception quand même. Je l’ai regoûté plusieurs fois, principalement en salon, où il était vraiment bizarre. Après, il ne faut pas exclure que servi sous de bons auspices, et en particulier, sans carafage, le vin se présente plus favorablement. Hélas, je n’ai plus de bouteilles à titre personnel de ce vin et je doute que j’obtienne des échantillons vu mon approche franche et directe. Ceci dit, il se peut que le vin se soit particulièrement mal présenté en jeunesse. Un dégustation sereine pourrait avoir lieu courant de l’année ou an prochain pour se fixer, de préférence à l’aveugle. Je doute sérieusement que ce soit un grand vin mais une bonne surprise n’est pas à exclure, comme sur ce 2003.

      Je vais revisiter bientôt 2004, 2005 et 2006 en rouge, affaire à suivre… mais il ne faut pas se leurrer, Daumas Gassac fait du travail de sagouin depuis 10 ans, donc on ne peut pas trop espérer de miracle… à moins qu’ils ne se décide à revenir aux fondamentaux.

  1. Bonjour,
    Vos commentaires sont très intéressants. Merci.
    A tout hasard avez-vous pu revisiter les millésimes 2004, 2005 et 2006 en rouge?
    Bien cordialement,

    1. Bonsoir, merci d’avoir pris le temps de poster ce commentaire. Je n’ai pas depuis regoûté 2004, 2005 ou 2006 mais je tâcherai de le faire dès que possible, puisque je les ai en cave.

  2. Tout à fait d’accord. Nous avons bu un 2003 hier (bouteille ouverte 4h avant et prélèvement d’un peu de vin pour agrandir la surface en contact avec l’air). A midi un nez bien présent sur les fruits rouges d’une grande finesse. La bouche est, par contre , en retrait avec un milieu de bouche manquant d’ampleur et de caractère. Remis bouché à la cave il fut regoûté le lendemain. Le nez avait pris de l’ampleur mais avait perdu sa finesse au profit de notes d’oxydation peu agréable. La bouche avait évolué dans le même sens.
    Bouteille achetée en primeur et mise en cave dès sa réception. J’ai hâte de regouter un 2001.

    1. Nous sommes en effet d’accord sur ce vin (et le fait qu’il vaille mieux le déguster après l’ouverture, sans carafage ou aération prolongée).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s