Mois: juin 2012

L’Infidèle 2004 by Mas Cal Demoura (France, Languedoc)


L’Infidèle 2004 du Mas Cal Demoura provient plus précisément de la zone identifiée désormais sous le nom Terrasses du Larzac. Cette sous-zone de la récente appellation Languedoc (Coteaux du Languedoc rebadgés assez inutilement par ailleurs) est une vraie réussite. C’est un terroir que je vous recommande d’explorer car ses caractéristiques sont particulièrement intéressantes. En effet, ce qui le distingue est sa fraîcheur et son élégance. Nous trouvons rarement ici de bombes aromatiques ou de vins massifs. Ce sont plutôt des vins délicats, présentant toujours une très belle acidité. D’un point de vue accord mets-vins, ce sont des vins qui peuvent tout à fait se substituer à des vins du Rhône septentrional ou de Bordeaux.

Je me demande quand même pourquoi ce terroir n’est pas carrément identifié par son AOP propre, plutôt qu’une sous-section d’un grand ensemble complètement bâtard. En l’état, c’est un peu comme si on avait une AOP Bourgogne (allant jusqu’au Beaujolais) et qu’en son sein on identifiait « Bourogogne-Gevrey-Chambertin ». Je vous rappelle d’ailleurs à toutes fins utiles que cette brillante AOP Languedoc inclus le… Roussillon… ce qui est rigoureusement absurde du point de vue du style des vins. On a donc fait d’une appellation déjà un peu vaste (Coteaux) une appellation fourre tout, principalement destinée au négoce et aux coopératives. Aucune préoccupation qualitative, donc, dans ce choix purement politique. Mais l’adage est vérifié sur un point « d’un mal peut naître un bien », puisque c’est ainsi qu’on été identifiées les Terrasses du Larzac (et quelques autres).

Petite revue aujourd’hui de ce vin un peu spécial, dans un millésime qui goûte plutôt bien en ce moment, et ce, dans pas mal de régions comme en particulier à Bordeaux.

L’Infidèle 2004 est en fait le premier millésime réalisé en solo par Vincent Goumard. 2003, année de la reprise de l’exploitation de Jean-Pierre Jullien avait été au contraire réalisé en tandem… ce qui au vu de la difficulté de ce dernier était sans aucun doute un heureux concours de circonstance. A ce sujet, on remarquera d’ailleurs que Vincent et Isabelle ont été bénis lors de la transition avec une série de très bons millésimes et même quelques uns des meilleurs jamais produits (2005, 2007…). L’Infidèle 2004 est indéniablement arrivé à maturité. C’est l’occasion de vous parler un peu de ce qu’est la maturité, je le ferai dans un prochain billet. Le nez est très beau. Fondu, très difficile à décrire. Aucun arôme ne passe au dessus de l’autre : c’est fumé, fruité, racé. On retrouve les herbes aromatique et des odeurs légères de bois ciré. Sa structure est bonne sans être grandiose. En bouche, l’homogénéité du vin est encore plus évidente. On ne ressent pas la moindre aspérité. Les tannins sont ronds, doux ; le fruit, noir (myrtille, cassis), est frais. Les autres dominantes au nez se retrouvent en arrière plan. La finale est sur la fraîcheur et une touche de fruit rouge (groseille). Un ensemble très beau, serein : un beau vin. Aucune déviance tertiaire n’est à déplorer, je pense que ce vin a encore quelques années devant lui.

Avis Wineops : 85/100 ; 0 0

L’Infidèle 2004 by Mas Cal Demoura

ALKO: Lost Canyon Stage Gulch Syrah 2007 by Lost Canyon Winery (USA, California, Sonoma Coast)


2007 is a stunning vintage in California. Some claim it to be the best ever (especially for Pinot Noir and Cabernet). Ideal growing conditions, no extra warmth…

Therefore I expected a lot from this wine.

And this Lost Canyon Stage Gulch Syrah 2007 did not deliver completely.

Dark fruit mainly, there is also a hint of olive and caramel. Very intensive nose but one that lacks complexity and elegance. It smells very warm, very jammy. Alcohol is noticeable. This is at the same time a good and a bad start. I already expect the wine to be on the overripe side, which is always synonymous of bigger defects in the mouth. It is indeed massive though not unpleasant to smell. The mouth is another thing. Here, the lack of complexity is immense. The wine is awfully simple, and falls very short. No real interesting taste: jammy, cooked, caramel. It is overripe and bears all the signs of it.

All in all it is a plain wine, big in the beginning but with heavy shortcomings in the taste. I do not really advise it, unless you are a fan of overripe Shiraz and alcohol unbalance. Not bad but nothing special.

WINEOPS’ Rating: 68/100, 0 0

Link to ALKO: HERE

Lost Canyon Stage Gulch Syrah 2007

2012, pas vraiment l’année de l’Italie.


Petite brève. 2012 s’annonce comme un mauvais millésime de vignerons en Italie.

En effet, après la mort de Guiseppe QUINTARELLI plus tôt cette année, c’est Aldo CONTERNO qui nous quitte.

Ces deux vignerons, qui ont quand même vécu tous les deux plus de 80 ans, étaient respectivement des monstres sacrés du Veneto (Valpolicella, Amarone) et du Piedmont (Barolo). Ils ont non seulement beaucoup apporté à la viticulture actuelle mais ils ont aussi su porter leurs vins à des sommets. Je n’ai hélas que trop rarement goûté ces deux derniers mais le « simple » Valpolicella (Ripasso) de GQ était une merveille à bien des égards inégalable.

Petite consolation pour les adorateurs de leurs vins, ces deux vignerons ont eu le temps de transmettre leur savoir. Ce qui me fait penser qu’il existe tant de vignerons exceptionnels qui disparaîtront sans succession… Ainsi vont les choses.