DAC (Autriche)

Riesling Kellergärten 2008 by Malat (Autriche, Kremstal)


Malat est sans aucun doute l’un des tous meilleurs producteurs basés en Kremstal. Un autre nom à retenir dans cette région est Proidl, ou encore Alois Zimmermann (avec des vins un peu moins ambitieux). Quel est le programme de ce Kellergärten ? Tout simplement proposer un vin direct, franc, rapidement accessible et « fun ».

Le Riesling Kellergärten rentre dans la toute nouvelle catégorie Kremstal DAC. Ce système de classification est mis en place afin de donner de nouvelles possibilités commerciales aux producteurs autrichiens. Il ne vient pas remplacer l’ancien système germanique mais vient apporter quelque chose d’autre. Vous me direz que ça ne va pas simplifier les choses ! C’est certain, du point de vue de la multiplication des vins, mais étant donné que désormais l’Autriche produit essentiellement des vins secs, cet apport se trouve justifié par rapport à l’ancien label « Qualitätswein » qui était finalement une sorte de parent pauvre du QmP (Qualitätswein mit Prädicat). Par ailleurs, le système allemand ne se soucie pas de la provenance et ne se concentre que sur la maturité du fruit, avec en arrière pensée que plus c’est mûr, meilleur c’est. Cette démarche n’est plus considérée comme suffisante. Mais la volonté de définir les terroir est aussi politique en Autriche et c’est ainsi que les DAC naissent (alors qu’en Allemagne, les initiatives restent privées). En outre, étant donné que la DAC vise à établir une certaine spécificité du terroir qu’elle recouvre, elle a un intérêt euristique majeur pour le consommateur. Bref, la DAC, c’est l’AOC à l’Autrichienne.

Ceci étant plus ou moins éclairci, il faut reconnaître que l’objectif de Malat est atteint avec ce vin. C’est facile, souple et intéressant. En somme un vin idéal.

Le nez part sur la rose, le litchi, les fruits blancs. La bouche abonde de fraîcheur et présente une pointe d’exotisme. Le premier jour, on a presque l’impression qu’il y a un peu de sucre résiduel. C’est extrêmement plaisant. Mais la surprise, c’est que le vin est encore meilleur douze heures plus tard. Je vous conseille donc de l’ouvrir environ six heures avant le repas (par exemple le midi si c’est pour le soir), en enlever un verre si possible, le reboucher et le laisser au frais. Il ne s’en portera que mieux.

Ma note : 80/100 ; 5 +