Mas Cal Demoura

La grande Verticale de l’Infidèle du Mas Cal Demoura, de 1998 à 2010


Une fois n’est pas coutume, je suis Parisien pour 48h. L’occasion de mettre en place une dégustation qui me fait de l’oeil depuis 6 mois et dont je vais ici partager les conclusions avec vous.

Il s’agit d’une verticale quasi complète du Mas Cal Demoura, cuvée l’Infidèle. L’Infidèle est un rouge d’assemblage Syrah, Grenache, Mourvèdre, Carignan et Cinsaut, dont vous trouverez les détails ici.  Notre dégustation comprend les millésimes 1998, 2000, 2001, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010. Tous les vins ont été simplement ouverts et vérifiés 4 à 6h avant la dégustation, 2004 étant très fermé a été carafé. Si vous voulez optimiser l’expressivité des vins, 2010, 2009, 2007 et 2006 pourraient passer 1 à 3h en décanteur (ou ouverture 12 à 18h avant dégustation). Le service de ces vins s’est fait du plus jeune au plus vieux, ce qui est un ordre que j’ai toujours expérimenté comme bon. Plusieurs raisons justifient cette approche, le fait est que je n’ai jamais rencontré de cas qui contredise cet ordre.

Vincent Goumard

Vincent Goumard

Je vous donne déjà quelques éléments. Tous ces vins sont ouvrables et buvables en ce moment, aucun n’est irrémédiablement fermé. Aucun n’est trop vieux à l’exception de 2000, sur le déclin depuis déjà plusieurs années. Aucun millésime récent (depuis 2004) n’a entamé sa phase descendante. Vous remarquerez à la lecture un virage important dans le style du vin en 2003, date de la reprise du domaine par Vincent Goumard, dont la progression est constante depuis lors. Une conclusion préliminaire est que vous pouvez acheter ces vins chaque année sans vous soucier de la qualité : aucun raté en quasi dix ans.

Voici donc la série.

+++

L’Infidèle 2010

Au départ le nez présente une légère note de réduction. Puis il développe assez rapidement sur le poivre et un fruité intense, noir et sucré. Cassis, mûre. Une discrète note torréfiée, type cacao apparaît. Une des rares fois où je ressens l’élevage sur cette cuvée, mais c’est tellement léger que dans quelques années, cette note viendra juste ajouter à la complexité du vin. Voilà un nez d’une très grande élégance, avec une structure qui impressionne. En bouche, une attaque nette et large en même temps, Il y a beaucoup de matière, le vin est très rond en milieu de palais, sans aucun creu. Plein, mûr, puissant, il présente un équilibre impeccable, avec une finale superbe et très longue. C’est véritablement un grand vin et, à mon avis, le meilleur réalisé jusqu’à présent. Il est encore jeune et demande à s’intégrer encore deux ou trois ans pour s’exprimer plus pleinement. 89/100 ; 5 ++ (il atteindra 100/100, j’en suis certain).

+++

L’Infidèle 2009

Le premier nez est nettement dominé par la Syrah. Il présente un poivré typique (très rhodanien) puis un fruit mûr, noir, qui le replace plus dans un profil aromatique sudiste. L’équilibre du nez est aussi remarquable que frais. L’attaque est très précise, le vin défile en bouche avec une grande justesse. Il est suave, plus intégré. La fraîcheur est assez incroyable vu la chaleur du millésime. Equilibre irréprochable. Une réussite 90/100 ; 5 +.

+++

L’Infidèle 2008

Cette fois, c’est le Mourvèdre qui domine. Nez plus type « confiture » au sens où une certaine douceur semblable à l’odeur de la confiture de fraise chaude vient au nez. Un peu de pruneau également (pas négatif), de la garrigue et des herbes aromatiques. C’est un nez plus doux, moins aigu que les deux précédents mais avec un charme incroyable. Ce vin me donne une impression beaucoup plus féminine, sensuelle. La chaleur douce d’une soirée d’été dans un jardin. La bouche est sans aspérité, les tanins absents, totalement fondus. La sucrosité légère (que j’avais déjà perçue il y a deux ans) est là, elle souligne le charme de ce vin. Il est langoureux et a la beauté douce d’un dégradé noir et blanc. Dans son style, c’est un vin universel, il est extrêmement facile à apprécier. Le potentiel est bon et il a peu évolué ces dernières années. Il manque un tout petit peu de complexité par rapport aux deux précédents et d’un petit peu de structure, de netteté (mais on touche vraiment ici au détail). Ca n’en reste pas moins un superbe vin. 88/100 ; 5 +.

+++

L’Infidèle 2007

Ici nous trouvons le premier vin dont on peut dire qu’il a intégré toutes ses composantes. Rien ne prend le dessus, aucun cépage ne s’affirme plus que l’autre. Il part d’emblée sur un fruit frais avec fraise, framboise et cassis, très dense. A l’ouverture, des notes de ces mêmes fruits, plus mûrs et de mûre apparaissent et complètent l’ensemble. Les herbes aromatiques viennent tendre l’ensemble et les épices. Le nez est très complexe et très profond. L’image qui me vient à ce moment est celle du Duomo de Florence et sa marqueterie de marbre immense et brillante. En bouche, la constitution de ce vin s’affirme encore plus. L’attaque est large et pure, mais dans un tout autre style que 2010. Alors que 2010 est en puissance, agité et impétueux, jeune ; 2007 est lui posé, homogène, d’une beauté classique.Le milieu de bouche prolonge le développement de l’harmonie. Qu’ajouter ? Belle densité, beaucoup de longueur, intense et sur le fruit. Le tout est vraiment très structuré avec juste ce qu’il faut de tannin. C’est superbe, grandiose. 96/100 ; 5 + (le lendemain, le vin a pris encore plus de volume… excellent, réellement).

+++

L’Infidèle 2006

D’emblée, on note une certaine fermeture aromatique, mais rien à voir avec le 2004 que j’ai déjà goûté avant le carafage. Ici, c’est plus ferme que fermé. Le fruit noir, avec encore cassis (que j’ai retrouvé sur presque tous les vins), myrtille, est présent, mais comme au coucher du soleil en forêt… c’est très sombre. En bouche les tannins sont pour la première fois réellement présents. Ce sont des tannins étendus, gros et ronds. L’impression pour moi est de douceur malgré tout. Une douceur très différente de 2008, pas du tout facile. C’est un vin qui vous aggripe et vous tient comme une main gigantesque, amicale mais un peu maladroite… ce charme est difficile à comprendre : les tannins sont vraiment dominants et dérangeront les palais qui n’y sont pas habitués. Le fruit noir revient en finale, la longueur est bonne. J’aime ce vin, toujours aussi austère. Il m’évoque une abbaye cistercienne, avec sa beauté rigide et pure, qui nécessite une certaine sensibilité pour la comprendre. Mon avis est qu’il ira très loin. Par contre, c’est encore difficile en ce moment. 84/100 ; 10 + (le lendemain, le fruit s’est nettement révélé, ce vin aurait dû être carafé).

+++

L’Infidèle 2005

Indiscutablement, le nez de ce vin est sublime. Tout en finesse, une sorte de 2007 plus délicat. Complexité, équilibre. Le humer est jouissif, il dévoile à chaque passage une nouvelle nuance. La bouche est d’une fluidité incroyable. Quelle élégance ! En finale, on reste sur la fraîcheur d’une touche de groseille. La matière est légère, pas du tout la densité de 2007 ou 2010. A adapter soigneusement au plat pour en tirer toute la substance. La bouche est pour moi un peu en retrait ce qui fait que je ne passerai pas la barre de 90. Il a encore du temps devant lui, mais je ne le vois pas vraiment pouvoir encore gagner, sauf à retrouver un peu de sous-bois en bouche… 87/100 ; 0 0.

+++

L’Infidèle 2004

Celui-ci est réellement fermé et goûte jeune bien que ce soit plus une jeunesse aromatique qu’une jeunesse de structure. Un peu d’épice douces, un peu de poivre. Un (tout) peu de fruit. La bouche est très nette, très fraîche, sur la groseille. La finale est bonne, tant en longueur qu’en plaisir. Après comparaison, c’est un peu moins structuré que 2005. Je l’ai déjà mieux goûté. Il est possible qu’il se soit un peu fermé, il venait d’être transporté. 78/100 ; 5 +.

135_C

+++

L’Infidèle 2003

Attention changement de registre (c’est le millésime de transition, d’ailleurs, le passage de flambeau entre Jean-Pierre Jullien et Vincent Goumard). Un note nouvelle apparaît, qui sera magnifiée dans 2001 et 2000. La note viandée, giboyeuse si typique du Mas Cal Demoura de Jean-Pierre Jullien. Ici, le gibier/tannerie le dispute au fruit noir. Comme si l’on pouvait clairement identifier les quatre mains qui ont contribué à l’accouchement de ce vin. C’est tout à fait fascinant. En terme de plaisir, c’est un nez plus ou moins avenant selon les goûts de chacun, même s’il ne présente aucun défaut objectif. La bouche est dans le même registre avec plus d’expressivité que les trois vins précédents. Ce vin divise et divisera. Dans le groupe qui participait à cette dégustation, perrsonne n’adore mais certains détestent. Avec un accord approprié, ce vin brillera, par exemple et justement sur du gibier. Il est expressif et bien construit. Sans doute à ne plus attendre, il semble avoir un peu baissé « dans l’absolu » par rapport à ma dernière expérience (ce qui ne signifie pas que le vin sera mauvais, mais qu’il va demander plus d’attention quant à l’accord mets-vins pour le mettre en valeur). 76/100 ; 0 0.

+++

L’Infidèle 2001

Là, on retrouve JPJ dans toute sa splendeur. Si je puis me permettre l’expression, c’est un vin qui a des couilles et le torse velu. Tout ce que j’aime dans ce style. Le nez est très nettement dominé par la viande, le cuir. Ici le fruit est complètement secondaire même s’il participe de l’équilibre. On a aussi le sous-bois et le poivre… Vraiment très dense et tout en puissance. La bouche est du même acabit, ronde et large. Equilibre d’un tout autre genre que ceux de Vincent. Mais équilibre quand même. Le vin déroule sa puissance jusqu’en fin de palais puis laisse en finale une aromatique de quatre épices marocaines. la longueur est un peu en retrait par rapport à 2007 (exemple du genre). Ce vin peut encore vieillir car il n’évolue pas réellement dans un registre tertiaire. 93/100 ; 0 0.

+++

L’Infidèle 2000

Ouvrez les portes du paradis. Ce vin a dépassé son apogée et se trouve au crépuscule de sa vie. Le nez est encore sympathique, éthéré. Cette fois, il tertiarise nettement. La bouche est par contre comme décharnée, acide, très tertiaire en rétro-olfaction. Poireau en finale. On dirait qu’il a 5 ans de plus que 2001… c’était ma dernière bouteille et c’était trop tard. Il y a deux ans, le vin goûtait encore bien (sans que ce soit extraordinaire). 44/100 ; 0 –.

+++

Mas Cal Demoura 1998

Enfin nous terminons avec un finish d’anthologie. Le vigneron, la vigne, le vin, tous à la fois touchés par la grâce. Ce vin est absolument sublime et atemporel (il n’apas bougé, voire est encore meilleur qu’il y a deux ans, car développant plus de fruit). Le nez est extrêmement profond, complexe, expressif, ample… Comme les chambres du Château de Versailles. Velours, cramoisi, dorure…  ou pour revenir aux arômes, tous les registres sont là, avec une dominante de fruit, mais aussi cacao, le fumé, légère touche de gibier, tout à fait positive cette fois car participant de la complexité… Grand. La bouche est au diapason. Avec une longueur hallucinante. Il rentre dans les cases de l’archétype du vin parfait. C’est un très grand vin. 100/100 ; 0 0.

Isabelle Goumard

Isabelle Goumard

Une série superbe. 1998, 2007 et 2010 sont trois vin d’un niveau superlatif. Pourtant habitué à goûter ce domaine, l’ensemble des vins a dépassé mes attentes.

Cette fois-ci, n’ayant pas de matériel photographique personnel, toutes les photographies sont issues du site du Mas Cal Demoura.

Publicités

L’Infidèle 2004 by Mas Cal Demoura (France, Languedoc)


L’Infidèle 2004 du Mas Cal Demoura provient plus précisément de la zone identifiée désormais sous le nom Terrasses du Larzac. Cette sous-zone de la récente appellation Languedoc (Coteaux du Languedoc rebadgés assez inutilement par ailleurs) est une vraie réussite. C’est un terroir que je vous recommande d’explorer car ses caractéristiques sont particulièrement intéressantes. En effet, ce qui le distingue est sa fraîcheur et son élégance. Nous trouvons rarement ici de bombes aromatiques ou de vins massifs. Ce sont plutôt des vins délicats, présentant toujours une très belle acidité. D’un point de vue accord mets-vins, ce sont des vins qui peuvent tout à fait se substituer à des vins du Rhône septentrional ou de Bordeaux.

Je me demande quand même pourquoi ce terroir n’est pas carrément identifié par son AOP propre, plutôt qu’une sous-section d’un grand ensemble complètement bâtard. En l’état, c’est un peu comme si on avait une AOP Bourgogne (allant jusqu’au Beaujolais) et qu’en son sein on identifiait « Bourogogne-Gevrey-Chambertin ». Je vous rappelle d’ailleurs à toutes fins utiles que cette brillante AOP Languedoc inclus le… Roussillon… ce qui est rigoureusement absurde du point de vue du style des vins. On a donc fait d’une appellation déjà un peu vaste (Coteaux) une appellation fourre tout, principalement destinée au négoce et aux coopératives. Aucune préoccupation qualitative, donc, dans ce choix purement politique. Mais l’adage est vérifié sur un point « d’un mal peut naître un bien », puisque c’est ainsi qu’on été identifiées les Terrasses du Larzac (et quelques autres).

Petite revue aujourd’hui de ce vin un peu spécial, dans un millésime qui goûte plutôt bien en ce moment, et ce, dans pas mal de régions comme en particulier à Bordeaux.

L’Infidèle 2004 est en fait le premier millésime réalisé en solo par Vincent Goumard. 2003, année de la reprise de l’exploitation de Jean-Pierre Jullien avait été au contraire réalisé en tandem… ce qui au vu de la difficulté de ce dernier était sans aucun doute un heureux concours de circonstance. A ce sujet, on remarquera d’ailleurs que Vincent et Isabelle ont été bénis lors de la transition avec une série de très bons millésimes et même quelques uns des meilleurs jamais produits (2005, 2007…). L’Infidèle 2004 est indéniablement arrivé à maturité. C’est l’occasion de vous parler un peu de ce qu’est la maturité, je le ferai dans un prochain billet. Le nez est très beau. Fondu, très difficile à décrire. Aucun arôme ne passe au dessus de l’autre : c’est fumé, fruité, racé. On retrouve les herbes aromatique et des odeurs légères de bois ciré. Sa structure est bonne sans être grandiose. En bouche, l’homogénéité du vin est encore plus évidente. On ne ressent pas la moindre aspérité. Les tannins sont ronds, doux ; le fruit, noir (myrtille, cassis), est frais. Les autres dominantes au nez se retrouvent en arrière plan. La finale est sur la fraîcheur et une touche de fruit rouge (groseille). Un ensemble très beau, serein : un beau vin. Aucune déviance tertiaire n’est à déplorer, je pense que ce vin a encore quelques années devant lui.

Avis Wineops : 85/100 ; 0 0

L’Infidèle 2004 by Mas Cal Demoura

Grand Tasting 2011 : la Totale ou presque ! (Champagne, Languedoc-Roussillon)


Deuxième partie de ce compte-rendu avec la Champagne et le Sud.

Comme chaque année, voilà une constante, la Champagne est le grand pôle de mon attention dégustatrice. La raison principale en est la qualité des vins présentés ainsi que la rareté des occasions de trouver autant de grands vins rassemblés.

.

CHAMPAGNE

.

Je suis toujours un peu réservé sur la Champagne par rapport à ses tarifs particulièrement élevés. Il y a souvent un facteur frustration non négligeable mais si l’on décide de faire abstraction de l’aspect pécunaire, le Grand Tasting a réservé de belles bouteilles. La première chose que je ferai est de saluer la politique commerciale de maisons de Champagne, qui présente l’intégralité de leur gamme (ou presque pour Bollinger, qui n’ai pas sorti de RD) avec un service irréprochable, des personnes disponibles et souriantes… ce qui n’est pas le cas partout. Que le marché intérieur représente encore 50% de leurs ventes y est peut-être pour quelque chose. En tout cas, il semble logique que lorsque l’on fait un déplacement promotionnel de ce genre, on se donne les moyens de bien le faire. Je reprendrai à ce titre le contre-exemple d’Angélus, un stand indigent, absolument pas décoré, blanc-box d’hopital : une erreur de communication grossière.

Côté millésimes, j’ai pu goûter des 1995, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2007. Globalement de bons millésimes avec un petit bémol sur 1999 qui ne tient pas vraiment la route comme il le devrait. 2002 est superbe mais c’est un millésime qui goûte encore très jeune, il ira loin.

  • Agrapart et Fils

Rien à dire, leur gamme est superbe et très consistante. Ces champagne sont plus ou moins minéral suivant le terroir : Terroirs étant peut-être plus conforme à ce que l’on attend d’un champagne (plus gras, plus rond, plus beurré). J’ai noté de manière quasi égale les trois millésimés : Minéral 2005, Avizoise 2005 et Vénus 2005, tous trois des champagnes encore très jeunes sont indiscutablement à attendre. Terroirs et Avizoise sont des champagnes plus ronds (sol les plus argileux) et Minéral et Vénus plus minéraux, plus droits. Pour ma part, j’ai trouvé Expérience 2007 encore nettement supérieur mais c’est un vin déroutant qui ne plaît pas de manière unanime. Objectivement c’est celui qui a la plus belle palette aromatique et la structure la plus solide. A goûter !

  • Ayala

Je ne retiendrai de cette maison que Perle Nature 2002 : un très grand millésimé. Beaucoup de pureté. L’intérêt majeur de ce stand est que Ayala proposait une dégustation extrêmement pédagogique en offrant trois champagnes (Brut Majeur, Rosé Majeur et Perle d’Ayala) dans leurs version dosées puis non dosées. Et il est indiscutable que le dosage nuit à la précision du vin, s’il est blanc. C’est beaucoup moins évident dans le cas du Rosé, qui en devient astringent.

  • Bollinger

Indéniablement la gamme la plus régulière et ébouriffante. On pourra reprocher au Spécial Cuvée un tarif un peu élevé par rapport à la concurrence (notamment Agrapart, qui propose aussi bien ou mieux pour moins cher). La Grande Année 2002 est par contre tout à fait au niveau des cuvées prestige d’ailleurs et elle est magnifique. Ample et acérée à la fois, comme taillée dans la roche. Elle aura besoin d’un peu de temps pour s’exprimer plus pleinement. La Grande Année 2004 Rosé est quant à elle un des meilleurs vins que j’ai dégusté. Cette bouteille permet de comprendre ce qu’est l’intensité ou la densité d’un vin par opposition à puissance. Le vin est infiniment aérien et en même temps immensément aromatique : une impression de dégustation unique. Réellement grandiose.

  • Charles Heidsieck

Il fait quasi jeu égal avec Bollinger. Un BSA magnifique, plus riche, plus gras, avec du fruit aussi. Très beau et avec une bonne finale. Il est un peu moins élégant que le Spécial Cuvée dans sa structure. Le Rosé BSA est à ne pas rater. Il ne goûte pas réellement comme un rosé, sa couleur est d’ailleurs très légère. On y retrouve un peu de fruit rouge et du pamplemousse mais c’est très « blanc » dans l’esprit. Encore un rosé qui me plaît alors que je ne comprends pas toujours l’intérêt (autre que marketing) de cette couleur ! Le Millésimé 2000 est aussi un très beau vin, riche et mûr. Blancs des Millénaires 1995 m’a en revanche laissé sur ma faim. Je soupçonne le fait de l’avoir carafé d’en être responsable : carafe implique perte d’effervescence accrue et cette dernière signifie une baisse de 40 à 50% du potentiel aromatique. Est-ce que l’ouverture apportée par l’oxygénation a compensé ? Pas dans ce cas, mais le champagne ne présentait toutefois aucune trace d’oxydation. Sans doute encore… trop jeune !

  • Drappier

Passage rapide sur le stand pour découvrir deux excellents Millésimé Exception 2004 et Grande Sendrée 2004. Et comme d’habitude, je passe sur Carte d’Or 1995, moyen (mais pas mauvais) et le Brut Rosé Nature quand même joli mais discutable.

  • Françoise Bedel

Ceci était une première car s’il y a longtemps que je veux goûter ses Champagne, je suis toujours passé à côté des occasions. Le style général est plutôt sur le gras et grillé mais avec une distinctive touche de miel. La cuvée entrée de gamme Origin’elle est peut-être une des plus solide que j’ai goûté. Superbe et toute en harmonie. Toutefois les deux vins les plus remarquables sont L’Âme de la Terre 2003 et Comme Autrefois. Toutes deux présentent des matières et des finales magnifiques. De très grands champagne.

  • Penet-Chardonnet

Je note une maison proposant des Champagnes caractérisés par un long séjour sur lie. Le résultat est excellent, notamment sur la Grande Réserve Brut Nature. J’ai trouvé ces champagnes à la fois floraux et évolués. A découvrir, assurément.

  • Pol Roger

Comme d’habitude, la gamme est homogène, crémeuse. Outre le très solide BSA Brut Réserve, Le Blanc de Blanc 2000 est superbe en ce moment avec un supplément de tout par rapport au « simple » Millésimé 2000.

  • Les autres

J’hésite à mentionner Jacquesson dont encore une fois les vins ne m’ont pas absolument convaincu. Le 735 est assurément très bon et supérieur au 734, mais les millésimés, en particulier leur nouvelle cuvée parcellaire m’a laissé de glace. A revoir, donc. Henriot était aussi très régulier sur ses BSA. En somme un bon cru sur les champagnes dont très peu m’ont réellement déçu (Winston Churchill 1999 de Pol Roger est l’un d’eux).

.

LANGUEDOC

.

Sans l’ombre d’un doute, c’est ici et dans son voisin le Roussillon que les meilleurs vins étaient présentés. C’est d’autant plus remarquable que sauf rares exceptions, ces vins sont restés accessibles malgré une dizaine d’année de leadership ignoré (;)) en matière d’innovation, de renouveau et de plaisir.

  • Terrasses du Larzac

Le stand du syndicat d’appellation était une innovation brillante, que j’ai décrite dans un précédent billet. Il a été décidé par ce syndicat (mis en avant dans l’avant-dernier B+D, si je ne me trompe pas) de venir au Grand Tasting collectivement et de présenter les 7 vins les mieux notés par B+D. Pas de jaloux donc et c’est malgré tout le moyen de mettre en avant ce qui se fait de mieux, ou presque. Au bout du compte, Mas Julien, Les Vignes Oubliées (avec Olivier Julien), Mas Cal Demoura, Domaine de Montcalmès, Mas des Brousses, Mas Conscience et Domaine du Pas de l’Escalette. Que du beau monde, pour un des stands les plus excitants du salon. Chaque vin était en effet extraordinaire, bien que certains ne se soit présentés sous un jour un peu fermé. Mas Julien 2008, entre doucement dans sa phase de fermeture. Il est un peu réduit mais fait montre de beaucoup de fraîcheur et de fruit. Les Vignes Oubliées 2010, naturellement encore un peu tendues et réduites sont un vin jouissif. Juteux, avec une sucrosité de toute beauté, c’est élégant et vraiment généreux. Mas Cal Demoura, Combariolles 2009, Vincent Goumard pense que c’est son plus grand vin produit et je dois avouer que je suis d’accord (2007 était déjà sublime… c’est dire le niveau). Actuellement dominé par la Syrah (poivre, épices), on y trouve aussi une pointe de cacao et beaucoup de fruit bien mûr. La texture en bouche est magnifique avec une conduite de la bouche parfaite. C’est également un peu fermé mais rien de plus logique pour ce vin, destiné à vieillir en cave plusieurs années. Domaine de Montcalmès 2009, second 2009 et la preuve que ce terroir a su donner des vins avec une bonne fraîcheur dans ce millésime pourtant historiquement chaud (2009 a été plus chaud que 2003 par exemple, tout au long du cycle mais sans la canicule extrême et les blocages qu’elle a pu entraîner). Très Rhône au nez, il se révèle très riche en bouche et extrêmement plaisant. Finale un peu en retrait. Pas de l’Escalette, les Clapas 2009, là encore un peu de réduction et de fermeture, surtout au nez. En bouche le vin est concentré et explosif. Mas Conscience l’As 2008, épicé, dense mais très fermé. Un grand à attendre. Mas des Brousses, Mataro 2008, ce vin est déjà monumental. Presque uniquement fait de Mourvèdre, il délivre au nez comme en bouche, puissance et complexité.

  • CIVL

La particularité du Languedoc donc cette année était d’être représenté collectivement, ce qui est une merveilleuse idée. Le CIVL présentait les vins par appellation, avec une sélection de 8 à 10 vins. Absolument incontournable pour comprendre les différences entre terroir. Je ne vais pas faire le détail des vins mais vous donnerai les noms qui m’ont marqué. En AOC Languedoc, très haut niveau, en particulier sur les terroirs isolés comme La Clape, Grès de Montpellier… Mas de Soleilla, Pech Redon (l’Epervier), Les Grandes Costes, Mas de Martin, Domaine de Aurelles et un très rigolo Domaine Henry (mais un peu exagéré sur la mûre;)).  Château Sainte-Eulalie en Minervois était très joli mais le seul que je retiendrai. Les Malpères étaient très décevants !

.

ROUSSILLON

.

Nous continuons dans la lancée du Languedoc. Là aussi une sélection hélas limitée.

  • Le Clos des Fées

Comme je le disais auparavant, il s’agit là du premier millésime qui me convainc. J’avais jusqu’à présent été dérouté par les élevages trop présents et les extractions un peu poussées. Toutefois, si les vins n’étaient pas de mon goût personnel, j’ai toujours trouvé ce domaine hautement qualitatif. Seule la cuvée phare me semble plus un (brillant) produit marketing qu’autre chose, car si elle ne me plaît pas du point de vue personnel, je ne lui vois pas non plus de qualités objectives qui lui permettrait d’être autre chose qu’un bon vin (par opposition au vin exceptionnel qu’elle devrait être). En tout cas, ces millésimes 2009/2010 sont incontournables. Le Vieilles Vignes rouge 2009 est déjà très concentrée et d’un équilibre impeccable mais le Clos des Fées 2009 est un ciel au dessus ! Il y a tout dans ce vin : la puissance, la concentration, la générosité, le fruit, la complexité, la longueur et surtout l’équilibre. Idéal ! Toujours en rouge, Images Dérisoires 2010 est plus qu’un simple exercice de style : il montre que les Espagnols ne savent pas toujours vinifier leur Tempranillo (trop souvent limité à de l’acidité et de la groseille en plus du bois excessif pour cacher l’absence de fonds). Affaire de rendements et de pratiques culturales ? Vous aurez compris que c’est magnifique. Le blanc Vieilles Vignes 2010 m’a semblé fermé. La bouche est belle et l’équilibre très bon. A voir dans l’avenir. Quant à la Petite Sibérie 2009 à l’heure actuelle ce vin est pétri de défauts (de toute façon, pour ce type de bombe, il faut du temps), trop extrait, trop d’alcool et finalement un longueur qui ne suit pas. Je dirais que c’est too much, poussé trop loin, trop extrême et finalement pas très bon mais tout le monde veut goûter ce vin… alors pari gagné :). Peu d’intérêt par rapport au Clos des Fées.

  • Domaine de Vénus

Les années passent et je trouve toujours ce domaine extrêmement intéressant, avec des vins très bien positionnés. La cuvée phare reste indéniablement L’Effrontée 2009, millésime qui lui sied à merveille. Aucun doute sur le fait qu’il s’agit de la meilleure Effrontée dégustée (2005 -> 2009). Le Maury Péché 2010 est également exceptionnel avec un magnifique abricot en bouche. Et pour ne rien gâcher, c’est un excellent rapport qualité prix dans ses Côtes du Roussillon !!

Verticale de l’Infidèle du Mas Cal Demoura


Il est des dégustations dont on se souvient, parce qu’elles sont des moments forts, avec les vins et au delà. Cette verticale du Mas Cal Demoura est de celles-ci.

Une verticale de l’Infidèle, le vin qui a fait l’histoire du domaine, sur 10 ans et 6 millésimes. Nous avons eu l’immense plaisir de visiter L’Infidèle 2008, 2007, 2006, 2003, 2000 et 1998 (qui à cette époque, elle ne s’appelait pas encore l’Infidèle).

Rappelons que la main a été passée en 2004 après un 2003 réalisé en étroite coopération mais qui porte encore nettement la marque de son créateur. Le changement de style est flagrant sur 2006 et suivant. Les vins ont tous été ouvert deux heures avant, goûtés et rebouchés, sauf 2006 qui a été carafé. Les vins ont été dégustés par ordre décroissant de millésime dans des verres fortissimo Schott-Zwiesel.

1- L’Infidèle 2008 : 89/100 ; 5 +

Présente une légère réduction à l’ouverture. La Syrah est dominante dans ce vin. Le nez est immédiatement poivré, épicé. Puis déroule le fruit, riche, expressif quoiqu’un peu agressif (jeunesse). En bouche, le vin est épais, vineux. Les fruits sont noirs, tapissent. Il y a une richesse presque de tarte aux myrtilles en bouche. La finale est longue, fraiche, multicolore. Un vin jeune, qui demande à trouver un équilibre (un an), complet, dense. Magnifique. Un Grand vin.

2- L’Infidèle 2007 : 92/100 ; 5 +

Après 2008, la marche va être haute, même si 2007 m’a déjà impressionné plusieurs fois. 2007 est un millésime frais en Languedoc et un grand millésime. 2008 était superbe et 2007… est encore supérieur. Tout est plus dans ce vin. Les arômes, la structure, l’équilibre, la finesse, la qualité des tannins. La bouche est dense, profonde, architecturale. Les épices disputent les fruits dans un crescendo aromatique. La longueur, elle aussi, est magnifique. Moins puissant que 2008, moins jeune aussi, 2007 me semble plus porté par la Grenache et le Mourvèdre mais au delà de toute analyse, c’est juste un vin magnifique que je n’ose même pas imaginer dans 5 ans… Exceptionnel ! Par rapport à la dernière dégustation de ce vin, cette bouteille est un cran au dessus.

3- L’Infidèle 2006 : 82/100 ; 10 ++

Après les deux immenses vins, déjà accessibles que sont 2007 et 2008, le discret mais solide 2006 joue dans une tonalité totalement différente. Le nez est très discret, retenu mais construit. La bouche est portée par une structure tannique impeccable, beaucoup plus présente que sur 2007 et 2008 et élève un fruit très dense, compact, un peu refermé sur lui même mais terriblement attachant. 2006 a été un millésime d’été chaud, avec des peaux épaisses, des maturités décalées. Ce vin est tellement ça : comme un raisin caché sous sa peau, dure, impénétrable. A l’heure actuelle, ce vin s’exprime moins que les autres, dans un registre de basse plutôt que de ténor trimphant, mais sa structure en font un excellent compagnon de table et je n’hésite pas une seconde à parier sur son avenir. Deviendra-t-il plus grand que ses cadets… à voir ! Rendez-vous dans 5 ans.

4- L’Infidèle 2003 : 80/100 ; 0 0

Je ne pense pas qu’il faille attendre plus longtemps cette bouteille. D’emblée, je peux aussi dire que si vous êtes un amateur de l’ancien style de la maison, ce vin vous ravira et mériterait alors quelques points de plus. Nous trouvons immédiatement au nez des notes d’évolution et la robe tire déjà sur la brique. Cuir, fourrure, le vin est très animal au nez, avec un peu de fruit en arrière plan. La bouche laisse parler la puissance mais bien fondue. Le fruit est encore bien présent et le vin est d’un très bel équilibre. Moins fin que les trois précédents, c’est une bouteille à maturité.

5- L’Infidèle 2000 : 75/100 ; 0 –

A l’ouverture, impossible de ne pas remarquer une coulure importante, le bouchon est intégralement taché. Un vin vraiment très évolué, fortement marqué par le registre animal et tertiaire. Il est nettement en retrait par rapport aux autres, mais reste plaisant, dans son style un peu extrême. En bouche, tout est très rond, les tannins sont insensibles et une petite amertume vient juste un peu gâcher la finale. L’effet de la coulure n’est pas clair au départ, même si l’évolution marquée du vin y semble liée. La surprise (logique) vient deux jours plus tard : ce vin n’a absolument pas bougé… bénéfice d’une oxydation lente ? 🙂

6- L’Infidèle 1998 : 94/100 ; 0 0

Indiscutablement, ce vin est à son apogée et cette bouteille est parfaite. Couleur un brin plus évoluée que 2003. Au nez, les arômes tertiaires sont nobles et ne dominent pas le fruit, très doux, très patiné. La bouche est déliée, douée d’une magnifique fraîcheur, de tanins splendides et d’un fruit frais très élégant. Là encore le tertiaire, sous-bois, humus, cuir léger, vient soutenir, épicer l’ensemble plutôt qu’il ne s’impose. Ordre et beauté : tout est à sa juste place pour une harmonie idéale. Très grande bouteille, magique. Si toutes sont à ce niveau là, c’est un vin qui supportera encore 5 années sans perdre de son éclat.

Ce fut un grandiose voyage dans le temps, où les millésimes nous ont parlé, où l’on sentait le vent dans les vignes et le soleil sur la peau des raisins. Tous ces vins étaient admirables à part un 2000 un peu en deçà. Le changement de style en 2004 est absolument évident et même si 1998 l’emporte au bout du compte par sa maturité, il est indiscutable que le style plus élégant, plus délicat de Vincent Goumard l’emporte par l’universalité et le plaisir immense qu’il procure.

A la fin de cette journée, nous ne pouvions que nous retrouver dans les mots suivants : « Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ! »

Salon des Vignerons Indépendants de Mars 2011


Comme à l’automne dernier, je vous livre une liste, en aucun cas exhaustive, des domaines que vous pourriez visiter durant le Salon des Vignerons Indépendants de Paris. Je les ai classés par région et je n’ai retenu que les tous meilleurs. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à déposer des commentaires.

ALSACE

La région alsace n’est pas la mieux représentée au SVI, même en mars. Citons :

– Domaine Pierre Adam (N 13)

BORDEAUX

Pour Bordeaux, vous aurez l’embarras du choix. Je n’en cite que deux :

Château La Tour Blanche (J 13)

Vignobles Darriet (D 45) : De belles choses en rouge et blanc à un tarif juste. Les Loupiacs vieillissent admirablement et sont chaudement recommandés.

BOURGOGNE-BEAUJOLAIS

Plusieurs domaines valent le détour. Attention aux visites à l’aveugle, on peut avoir de très mauvaises surprises !

– Domaine Buisson Henri et Gilles (A 12) : les vins sont d’un bon rapport qualité-prix, mention spéciale pour les Cortons.

– André Bonhomme (D 59) : Viré-Clessé. Des vins très purs, taillés pour la garde.

– Domaine Magnien Michel & Fils (G 18)

– Domaine Tortochot (H 25) : Basé à Gevrey-Chambertin, classique.

JURA-SAVOIE

Une chose à ne pas manquer.

Domaine Dupasquier (M 15) : appellations de Savoie, sa Roussette Marestel est un vin incontournable.

LANGUEDOC-ROUSSILLON

Sans doute le plus gros contingent de produits de qualité avec les Sud-Ouest, tour d’horizon :

Mas Cal Demoura (L 5) : Terrasses du Larzac. A ne manquer sous aucun prétexte, c’est LE domaine montant du Languedoc et du salon. Un nouveau blanc est produit depuis l’an dernier, que nous vous conseillons de découvrir, quant à l’indémodable L’Infidèle, c’est désormais un vin de référence dans la région.

Domaine de Vénus (C 5) : Roussillon. Là encore un domaine très intéressant. Son vin à ne pas rater est l’Effrontée 2008, un blanc de Grenache avec quelques pour-cent de maccabeu. Les Démons, sa cuvée rouge haut de gamme, est une vision intéressante de la Syrah du sud.

Domaine Bertrand Bergé (B 9) : Fitou. 2008 est un millésime d’exception chez lui. La cuvée Jean Sirven 2008 est monumentale !

– Château de Nouvelles (K 18) : Fitou. Une autre référence, très bon rapport qualité-prix. Des vins plus souple et très bien constitués. Son Muscat est magique.

– Mas de Cynanque (E 14) : Saint-Chignan. Un jeune domaine qui avance vite et bien, à suivre.

– Domaine du Grand Arc (L 10) : Corbières. Très bon rapport qualité-prix, jolis vins dans différents styles.

– Mas de Martin (G 5)

Notons pour les grands noms que le Mas Amiel est aussi présent. Je ne vous recommande pas ses produits qui sont beaucoup trop sucrés et dont l’équilibre n’est plus aussi bon. De même Cazes, l’ex-spécialiste de Rivesaltes, dont les vins manquent furieusement de personnalité depuis quelques années.

LOIRE

François Chidaine (F 2) : Montlouis-sur-Loire/Vouvray. Le chef de file des vignerons de Montlouis. Ne fait pas toujours l’unanimité mais est un incontournable du Salon.

– Domaines Landron (J 31) : Muscadet Sèvre et Maine. Incontournable. Après un millésime 2009 complètement atypique (et en retrait), 2010 est prometteur.

Domaine aux Moines (J 24) : Excellent domaine de Savennières.

– Domaine Breton (E 6) : A connaître et à déguster en rouge. Belle gamme, référence pour certains, à vous de vous faire une idée.

PROVENCE-CORSE

Une région assez bien représentée. On retiendra :

– La Roche Redonne (L 9) : Bandol. Bien fait, innovant (Cuvée La Lyre), bien tarifé… à goûter 😉

– Domaine Clos Colombu (K 40)

– Domaine Leccia (E 39)

RHÔNE

Domaine de la Janasse (H 6) : un des grands de Châteauneuf-du-Pape. L’accueil n’est pas toujours chaleureux vu la demande de curieux à laquelle ils font face mais les vins sont très beaux, dans un style plutôt puissant et moderne.

– Château La Gardine (L 2) : un classique de Châteauneuf. Son Tradition est de très bonne facture et surtout sa cuvée des Génération Marie Léoncie (un blanc) est une référence absolue de la région.

SUD-OUEST

2008 est un millésime magnifique dans le Sud-Ouest, l’occasion de goûter des choses intéressantes, d’autant que c’est une région extrêmement bien représentée.

Clos Triguedina (G 17) : Cahors. Domaine phare. Ses 2008 sont fabuleux, un travail très intéressant et très pédagogique a par ailleurs été réalisé sur des cuvées parcellaires. Grosse recommandation pour Le Clos Triguedina 2008 et Probus 2008.

Château Lacapelle-Cabanac (D 18) : Cahors. Plus récents. Les vins sont aussi plus modernes, puissants, expressifs… jouissifs !

– Château Eugénie (C 29) : Cahors. On retiendra en particulier la magnifique et bon marché Cuvée Réservée de l’Aïeul, indéniablement le meilleur vin du domaine. La grande cuvée Haute Collection n’est pas le meilleur exemple de la région pour ce type de vin.

– Domaine Cauhapé (B 17) : Jurançon. Grands liquoreux, à ne pas rater.

– Domaine des Gravalous (E 18) : Cahors, dans un style assez traditionnel. Tarifs sages.

– Mas Del Périé (M 08) : Encore un bon Cahors.

– Domaine de l’Ancienne Cure (P 10) : Leurs cuvées prestige sont trop boisées et trop extraites, mais les entrées de gamme sont très belles.

Pour les pressés, la short-list des « meilleurs » en VERT. Bonne visite et bonne dégustation !

L’Infidèle 2007 by Mas Cal Demoura


Depuis sa sortie et sa dégustation à ce moment là, c’est un vin que je veux revisiter, tant l’impression avait été bonne, dès le début, extrêmement bonne. L’Infidèle 2007 a donc fait l’objet d’une dégustation (après une tentative avortée). Le résultat est à la hauteur du souvenir, avec peut-être un chichouia de fruit en moins et une once de matière en plus.

Le Mas Cal Demoura, je le rappelle, produit trois vins rouges, tous bien Languedoc et sans défaut de finesse et de fraîcheur. L’Infidèle est un vin très complet, qui ne fait pas du tout entrée de gamme : équilibre, fraîcheur, souvent accessible avant les deux autres. C’est un assemblage de Grenache, Mourvèdre, Syrah, Cinsault et Carignan. Les Combariolles sont une sélection parcellaire de Grenache, Syrah, Mourvèdre sur cailloutis calcaires. Un vin plus extrait, plus dense, notamment au niveau de la trame tannique, qu’il faut attendre quelques année de plus que l’Infidèle. Enfin, depuis 2006, le domaine produit une confidentielle cuvée Feu Sacré. Elle n’est produite que si le millésime est favorable, à hauteur de 1200 bouteilles. C’est une parcelle de vieux Grenache dont le vin est ouillé avec l’Infidèle. Le résultat rappelle le Rhône Sud tout en gardant une forte personnalité languedocienne. Une vraie réussite, à découvrir.

Depuis la reprise totale du domaine en 2004 (le millésime 2003 a été fait en collaboration avec Jean-Pierre Jullien), Vincent Goumard, parti déjà d’un très bon niveau, progresse sans cesse. En 2007 un saut qualitatif évident a été accompli avec un gain non plus dans la concentration et le fruit mais sur la fraîcheur et la finesse. Ce millésime consacre le passage (confirmé en 2008) d’un très bon vin à un des meilleurs du Languedoc. Pour ne rien gâcher, les tarifs du domaine sont extrêmement raisonnables au vu du travail consenti.

L’Infidèle 2007 est à mes yeux un vin exceptionnel, du type de ceux qui manquent en France et singulièrement dans le sud. C’est un vin indiscutablement féminin, d’une grande souplesse et d’une finesse de tannins incroyable. Tout en ayant une belle matière et les arguments pour vieillir une dizaine d’année, il est d’une accessibilité remarquable dès maintenant. Les arômes un peu giboyeux typiques du domaine sont là, en arrière plan, mais ne dominent pas les débats : ils apportent au contraire la complexité et la profondeur au vin. La fraîcheur de la bouche n’est pas ici synonyme de maigreur mais bien d’un vin du sud, riche, généreux. Le fruit rouge, la cerise et une pointe de réglisse donnent le ton général du tableau. En finale, toujours cette fraîcheur et le fruit frais, pas confituré, accompagnent joliment les mets. Vin de viande fine (pas de gibier pour lui), vin que j’aime et qui, je pense, sera vraiment parfait dans deux ans. A consommer sans modération d’ici là autant qu’après !

Ma note : 87/100 , 5 ++

L’Etincelle 2006 by Mas Cal Demoura


L’Etincelle du Mas Cal Demoura est-il un vin parfait ? Je ne pense pas. Est-il un vin d’émotion ? Oui, certainement. Et est-il bon ? Assurément. Vous aurez compris que je vais un peu déborder du cadre de la dégustation, aujourd’hui. Mais chose première, le vin !

Nous sommes donc sur le millésime 2006. Ce qui me frappe, c’est d’abord la fraîcheur. Pas de trace d’oxydation, comme souvent les vins blancs du sud développent rapidement. Fraîcheur de vallée de la Loire, indéniablement, le vin rappelle à moi les cave de tuffeau de Vouvray. Et en même temps les fleurs du sud et les paysages plus chauds. La magie de l’assemblage est palpable. Une pointe de réglisse et de sauge vient agrémenter le tout. Un nez en somme très joli et très fin. La bouche est plus stricte, tendue par une bonne acidité et surtout une belle amertume. Le vin rempli bien le palais, livre même quelques notes grillées. Une pointe de muscat et on retrouve cette très légère touche de réglisse. Bon finish qui appelle une autre gorgée.

L’Etincelle 2006 est un assemblage de Chenin (dominant), Muscat, Viognier, Roussanne et Grenache blanc. En 2008, il commence à incorporer du Petit Manseng.

C’est un joli vin, un vin qui me plaît toujours autant. Je lui donne : 76/100 ; 5 +

L’Etincelle porte bien son nom en 2006, beaucoup plus vive que 2005 (qui entre aussi dans une nouvelle phase d’évolution). C’est un vin de poisson grillé, en sauce vierge. Un vin de fraîcheur légère.

Mais pour moi, l’Etincelle, c’est tout ça et c’est plus que ça. Ce vin, je le connais, je l’ai dégusté souvent, sur la terrasse du mas, en parlant avec Isabelle et Vincent, au cours de nombreux repas ; c’était aussi le vin de mon mariage : c’est un vin rempli de souvenir. Je le connais, il me connais, son équilibre et son toucher en bouche m’est familier. Objectivement il vaut peut-être 76, mais dans mon coeur et par ses évocations, il dépasse des vins meilleurs. Rappelez-vous la synesthésie, chère à Baudelaire : le vin en est un puissant vecteur et ce serait dommage de l’oublier.