Mois: novembre 2011

Un domaine : Le Mas Bécha version 2009 en Roussillon (France)


A moins que je n’aies la mémoire courte, il s’agit d’une première, une horizontale d’un domaine.

Aujourd’hui, il sera question du Mas Bécha. Ce domaine est la propriété de Charles Perez, il est planté à l’extrême sud de la France, en Roussillon. Il propose à ma connaissance plusieurs cuvées : 3 rouges (Classique, Barrique, Excellence) , un blanc (Excellence), un rosé (Classique) et un muscat (Classique). Détail intéressant, le packaging original a le grand mérite d’être bilingue (Français, Anglais).

On notera avant toute chose que 2009 est un millésime chaud et concentré. Le profil des vins en 2010 sera très différent et sans doute plus porté sur la fraîcheur. Mais sans plus attendre, entrons dans le vif du sujet.

Classique Rouge 2009 : la cuvée classique est une cuvée de Syrah, Grenache et Mourvèdre (grosse dominante Syrah), l’élevage se fait sans bois, en cuves. 2009 nous livre un vin puissant, riche en arômes et riche en alcool. On y retrouve la cerise noire, le poivre, quelques herbes aromatiques. L’équilibre est bon mais c’est un vin qui demandera un plat et des convives robustes pour faire face : type magret de canard au cacao ou même un dessert au chocolat. Je pense que quelques années lui permettront de digérer un peu de cette puissance mais sans nécessairement s’améliorer au niveau de l’expression du fruit. A mes yeux, c’est un vin qui gagnerait à être moins concentré et moins riche : l’effet millésime est très net. 69/100 ; 0, 0

Barrique Rouge 2009 : Même assemblage avec une pointe de Mourvèdre en plus. Le premier nez est nettement dominé par l’élevage. Vanillé, boisé doux, fruits mûrs, confiture. Tout cela est très dense, concentré dans un style qui rappelle le Nouveau Monde. L’alcool est élevé, là encore, mais bien enveloppé par le boisé. En bouche, on retrouve cette concentration, des tannins très doux et des arômes de fraise, framboise très mûres. Assurément, c’est un vin facile et explosif, très « fruit bomb », qui bénéficiera de quelques années. En attendant, il ne devrait pas vous décevoir pour des soirées improvisées. Très bon rapport qualité/prix, 74/100 ; 5 +

Elégance Rouge 2009 : Toujours le même assemblage mais indéniablement nous changeons de catégorie. Ce vin est beaucoup plus orienté terroir, au contraire des deux premiers, plus faciles, plus « obvious ». L’équilibre au nez est supérieur, plus fin, moins explosif. L’élevage est beaucoup plus intégré quoique bien présent. Le fruit est joli, frais. Nous retrouvons quand même la richesse du millésime, les tannins sont fins, la finale demande à s’affirmer. C’est un joli vin qui doit absolument vieillir, dans un style moderne et puissant. 82/100 ; 5 +

De la série de rouges, le Barrique 2009, dans un registre très « too much », retient mon attention. C’est un vin joyeux et démonstratif, peut-être pas sur la finesse mais qui veut vous dire quelque chose. Excellence attise ma curiosité quant à son évolution.

Excellence Blanc 2009 : Pour terminer la série, le blanc du domaine, 100% Grenache. C’est un vin assez déroutant. Son nez révèle une belle fraîcheur (pas de sensation d’alcool), une pointe de noisette et des fruits blanc, légers. Quelques éléments rappellent par ailleurs son élevage. En bouche, nous trouvons la puissance, grasse, le réglisse et pour le coup un alcool bien présent. Je suis dérouté car je retrouve du grenache principalement son gras et sa puissance alcoolique. Un doute sur l’évolution du vin. Toujours est-il qu’en repas, associé à une viande blanche, ce vin fonctionne tout à fait et ne marque jamais par la lourdeur, bien au contraire. Paradoxal, donc. 70/100 ; 0 0 (?)

Dans l’ensemble, c’est une jolie collection. Les vins sont modernes, tout à fait adaptés aux palais recherchant la puissance et l’évidence aromatique. Compte tenu du millésime, peu favorable dans le sud car très chaud (et oui, 2009 me semble un millésime faible en dehors, en rouge, du Bordelais, de la Bourgogne et du Beaujolais ou des liquoreux), les vins sont intéressants. Je pense que pour ceux qui cherchent des choses plus souples, le millésime 2010 devrait donner satisfaction, avec des vins sans doute moins marqués par l’alcool. Gardez aussi à l’esprit que l’élevage est ici bien présent.

Pour visiter le site du domaine, voir ICI

Excellence 2009 by Mas Bécha (France, Côtes du Roussillon)

Publicités

Salon des Vignerons Indépendants Paris Automne 2011


Voilà qui devient un peu tradition : la sélection pour le SVI de Paris.

Vous noterez que cette dernière ressemble à celle de l’an passé. Pas de différence majeure en effet, mais je vais tâcher de vous indiquer quelques autres domaines. Elle n’est bien entendue pas exhaustive ou exclusive. Cette année, je procède par région et je noterai en gras ceux que je ne raterais pas si je me rendais sur ce salon :

ALSACE

En Alsace, il faut reconnaître que le nombre d’exposants est limité. La qualité globale est décente. La plupart des vins sont à boire rapidement mais du fait de leur potentiel aromatique élevé, ils sont rarement totalement dépourvus d’intérêt. Côté millésime, vous devriez tomber sur les 3 derniers : 2008, 2009 et 2010. 2008 est excellent, magnifiques équilibres, grands vins… 2009 est dangereux, très chaud donc atypique. Parfait pour les rouges, les blancs seront sans doute plaisants et gras mais moins élégants que 2008 et sans doute avec un moindre potentiel de garde. 2010 est également un magnifique millésime, proche de 2008, très recommandable.

– Florian Beck-Hartweg (S-4)

– Domaine Pierre Adam (N-16)

BORDEAUX

Bordeaux présente le contingent le plus fourni. C’est aussi la région que je maîtrise le moins, sans doute le fait que je ne sois pas particulièrement sensible à ces vins l’explique en partie. 2007 est un millésime à éviter, plutôt mauvais. En rouge, 2008 est vraiment bon : très gourmand et très souple. Parfait à boire maintenant et sur une petite dizaine d’année. 2009 est un grand millésime mais à conserver en cave.

– Château Fontis (N-20)

– La Tour Blanche (H-2)

– Vignobles Darriet (J-25)

.

BOURGOGNE

La Bourgogne est un cas difficile sur le salon. Sans doute la région la plus risquée si vous partez à l’aveugle. Il est à noter que malgré la rareté des vins, quelques domaines continuent de se rendre sur ce salon. Concernant les millésimes en rouge. 2007 est plutôt faible. 2008 est variable, ce fut assez mauvais mais la saison s’est redressé sur la fin ce qui fait que finalement de beaux vins ont été réalisés. 2009 semble une très bonne année. En blanc, 2007 est vraiment très acide et fermé. C’est un bon millésime. 2008 est excellent avec un beau potentiel et de belles maturités. 2009 est moyen : très expressif mais peu fourni en acidité, sans doute à déguster plus tôt. 2010 est superbe.

– Domaine Taupenot-Merme (D-50)

– Domaine Michel Magnien et Fils (L-45)

– Domaine H et G Buisson (S-46)

– Domaine Tortochot (F-20)

– Domaine André Bonhomme (H-25)

– Domaine Dupont Tisserandot (M-3)

.

CHAMPAGNE

Belle sélection. Côté millésimes, surveillez les 2002, s’il en reste.

– Agrapart et fils (F-11)

– Pierre Moncuit (M-75)

– Waris-Larmandier (Q-16)

.

JURA-SAVOIE
La Savoie et le Jura ont moins souffert de 2009 que d’autres région même si les vins sont très solaires comparés à d’autres millésime. 2007 fut bon, 2008 variable mais réussit dans les domaines cité et 2009 est de belle facture.

– André et Mireille Tissot (J-60)

– Domaine Dupasquier (E-3)

– Domaine Rolet Père et Fils (K-40)

– Domaine Berthet-Bondet (S-48)

.

LANGUEDOC-ROUSSILLON
Comme chaque année, c’est ici que se trouve le gros du contingent de vins exceptionnels. 2007 est une réussite absolue dans la région. 2008 est très bien là où il a été réussit (Mas Cal Demoura) mais c’était une année difficile. 2009 a donné des vins surpuissants. Là encore, soyez vigilant sur l’alcool et le sucre. Et là encore le Mas Cal Demoura s’en est magnifiquement sorti.

– Mas Cal Demoura (R-17)

– Domaine Bertrand Bergé (R-10)

– Domaine de Vénus (G-48)

– Château de Nouvelles (R-40)

– Mas de Cynanque (Q-12)

– Domaine du Grand Arc (S-10)

– Mas de Martin (A-9)

– Domaine le Nouveau Monde (H-17)

– Domaine Modat (D-54)

– Château Pradal (H-52)

.

PROVENCE-CORSE
Peu de domaines présents, quelques uns sont recommandables.

– Domaine la Roche Redonne (J-13)

– Domaine Leccia (F-24)

– Domaine Henri Bonnaud (C-7)

.

SUD-OUEST
Dans cette région, visez les 2008. Ce millésime y est magnifique. 2009 par contre, s’il donne beaucoup de plaisir, est très très chaud.

– Château Lamartine (T-36)

– Lacapelle-Cabanac (M-1)

– Domaine Cauhapé (T-16)

– Clos Triguedina (B-8)

– Clos Trotteligotte (J-40)

– Château Eugénie (D-52)

– Mas Del Périé (R-44)

– Domaine de l’Ancienne Cure (N-14)

.

VALLÉE DE LA LOIRE
Ici encore c’est 2008 qu’il faut trouver, exceptionnel. De même que 2010. 2009 est à réserver aux Chenin moelleux et liquoreux. Les secs sont très difficiles.

– Domaine aux Moines (Q-56)

– Domaine du Petit Métris (S-42)

– Domaines Landron (J-1)

.

VALLÉE DU RHÔNE
Au contraire des autres région, 2008 a été plutôt raté, en particulier au nord. 2009 est plus satisfaisant quoique concentré. 2010 est prometteur mais rarement disponible.

– Domaine Pierre et Vincent Jaboulet (H-6)

– Château La Gardine (S-41)

– Domaine Rabasse-Charavin (B-61)

– Domaine Usseglio Raymond et fils (R-14)

Bonne visite !

ALKO: 20 Barrels Pinot Noir 2007 by Cono Sur (Chile, Casablanca Valley)


The past few years I had the great pleasure to see how fast the Chilean wines improved. First they stopped being over the top fruit and oak bombs. Second, they developed their terroir. One great example is Cono Sur Vision label. In 2009 it was sourced from different locations in Chile. In 2010, it became an only Bio-bio valley wine.

Connected with the first point, they also managed to deal better with the warm and dry climate, which often leads to under-ripped (yes I said under-ripped) wines in terms of flavours and over-ripped in terms of sugar. This has dramatically diminished and a very good example would come from the comparison of wines like Las Brisas Pinot Noir by Viña Leyda from the recents vintages (2006-2010). The difference is stunning. The same with Syrah, another sensitive grape (contrary to what is usually thought).

A few day ago we tasted 20 Barrels Pinot Noir 2007 by Cono Sur, which is one of the top range wines of the brand. Dark rubis colour with clay-red reflections, showing that this wine starts to be aged. The nose is a splendid and deep example of Pinot Noir. Fruit is elegant and blended with subtle oaky notes and earthiness. This is layered and structured, very nice complexity. The mouth is rond, silky yet powerful, like any good Pinot should be. Same dominants with a long and tasty finish. As they say, this is great stuff! The style is an in-between modern and traditional burgundy taste and it could easily be mistaken with a Village Pinot Noir from Côte de Nuits. This wine is highly recommandable. One of the very best bottles I tasted from Alko.

Wineops’ rating: 88/100 ; 0 0

A Pinot Noir at his best. Ready to drink. This wine should not be opened long before tasting. A around 25€, it really is a good value for money wine, especially to match a fine Christmas meal.

Link to Alko: HERE

Beware that this is a product from the « sale to order » selection (« tilattavat » listing). To get these wine, it is very easy, you go to your local Alko and order directly the bottle.

Pinot Noir 20 Barrels 2007 by Cono Sur

Mondeuse 2007 by Domaine Dupasquier (France, Savoie)


La Mondeuse est un cépage rouge dont la culture est limitée à la Savoie, en France. Il est lié par sa mutation blanche à la fameuse Syrah. C’est un cépage donnant plutôt des vins simples, plaisants et qui se marient bien avec les plats montagnards tels la charcuterie. Nombre sont les Mondeuses de piètre qualité, ce qui n’est guère étonnant quand on sait que la majeure partie des vins de cette région est consommée localement par des touristes pas toujours très regardants des boissons qu’ils ingurgitent. Leur première et souvent unique valeur est de faire couleur locale… les défauts de vinifications passent ainsi et avec l’aide du froid glacial qui accompagne la dégustation.

Cependant, au milieu cette multitude de vins moyens existent des producteurs de génie, qui produisent des vins tout à fait surprenants. Le domaine Dupasquier est de ces derniers mais il est surtout célèbre pour ses Roussettes de Savoie et en particulier une cuvée formidable nommée Roussette Marestel (un vin qui demande de nombreuses années de vieillissement et que je vous recommande).

Outre ce vin d’exception, le domaine développe une gamme classique pour la région, comprenant entre autre cette Mondeuse. La Mondeuse 2007 du Domaine Dupasquier est un vin plein de fruit. Au nez puis en bouche, jusqu’en finale, le meilleur qualificatif est juteux. Le nez arbore par ailleurs une touche poivrée et un brin d’herbe fraîche. Retour sur la bouche, toute en fruit et en fraîcheur. C’est léger, gouleyant. Les 12,5% n’y sont pas pour rien. Les tannins sont fins et souples. Un vin assurément idéal sur la charcuterie. Il possède un potentiel de vieillissement intéressant et je suis prêt à parier dessus dans 3 à 5 ans pour un vin qui aura gagné en étoffe.

Wineops : 75/100 ; 5 +